Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 13 juin 1999 dans au fil des projets, Chloe -> lien permanent
Lecie ?

Plaçons – nous dans une situation où nous travaillons avec trois personnages. Nous avons un couple d’acteurs, qui sont au courant de ce que nous entreprenons dans le détail, ils sont les instruments de notre manipulation, de la réalité à  la fiction. Imaginons pour l’instant que nous sommes en présence d’un couple de photographes, deux jeunes artistes qui expérimentent la vie et leurs rapports à  travers leurs pratiques artistiques.
D’un autre côté, il y a laéticia, elle sait que nous faisons un film. Son mode de participation est l’engagement : durant la période de tournage, nous débarquons à  n’importe quel moment de sa vie pour filmer et mettre en scène des séquences du film dont elle ne connaît rien. Nous avons décidé avec Jérôme de troubler cet ordre par le tournage de scènes qui ne serviront pas au film, et de pousser le jeu jusqu’à  complètement manipuler laeticia pendant le tournage, de jouer avec la réalité comme avec la fiction. Voici quelques pistes de scènes :

- Hors tournage, l’acteur qui fait le photographe (ou la fille) téléphone à  laeticia, assez tard un soir et lui donne rendez vous quelque part en ville pour faire des photos. On déplace la fiction vers la réalité pour laeticia puisque l’autre personnage déborde du cadre du tournage. Admettons qu’elle se rende à  cet endroit, il et très probable qu’elle s’attende à  voir l’équipe de tournage, mais il n’en sera rien, nous serons cachés, et elle sera confronté à  une forme de fiction qui est la réalité pour elle, on atteint ainsi facilement une frontière entre les niveaux de perception. On a une tension très forte.

- Laeticia pose pour la fille. Le garçon photographie son amie en train de travailler, nous filmons la scène. On aperçoit le perchman un instant dans le plan… On étale tous les niveaux d’implication à  l’intérieur de notre image sans employer de moyen formel.

- On va insérer une relation ambiguà« entre la fille et laeticia, notre actrice, ainsi que son personnage va être attirée par elle, lui faire des avances, la toucher. On ne peut pas savoir comment va réagir laeticia, mais cette attitude entraînera des réactions chez le photographe, on va construire des schémas de tensions entre les acteurs et voir jusqu’où cela pourra aller.

- Nous simulerons sà»rement une tentative de suicide, ou dans l’équipe ou parmi les acteurs. Mais cela sera vrai pour Laeticia (et quelques autres, il n’est pas question de retomber dans un schéma pseudo comique du genre surprise surprise).

Nous allons essayer de placer laeticia dans des situations où elle ne sera pas à  l’aise, des situations, dans lesquelles, elle sera dans l’obligation de conduire des actions qui ne lui seront pas faciles (la mettre au volant d’une voiture alors qu’elle ne sait pas conduire). Ce n’est pas question de s’acharner sur elle, si cela se trouve, elle refusera de faire quelques scènes (cela sera présent dans le film), mais il est en fait question de détruire tout rapport réel à  la fiction, de montrer la réalité de la représentation confrontée à  son absurdité suivant les points de vues et la qualité des informations que l’on détient.

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !