Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 22 janvier 2008 dans 38degres, I love you, presse / textes -> lien permanent
Sud Ouest :
Dominique Godfrey :
Amoureux Des Pixels

Sud Ouest : Dominique Godfrey : Amoureux des pixels

Encoder sa déclaration d’amour dans un programme numérique consacré au corps de son aimée, c’est la carte du tendre selon Jacques Perconte.

Jacques Perconte est amoureux. à‡a peut arriver à  tout le monde. Il a pris mille clichés d’Isabelle, sa bien-aimée, depuis leur rencontre en 2003. à‡a non plus, ce n’est pas très original. Ce qui fait la différence, c’est Jacques Perconte lui-même. Photographe passionné d’image numérique, il a tiré de cette rencontre une pièce contemporaine intitulé ‟ I love you ” qui est exposé pour la première fois à  l’artothèque de Pessac. Il s’agit d’un ensemble de photos qui au premier coup d’oeil ressemblent pas mal à  la peinture abstraite américaine d’un Barnett Newman ou d’un Ellsworth Kelly, avec de grandes surface de couleurs saturées et des formes aléatoires. Le fait que les photographies soient tirées sur un support mat, et que de loin elles puissent facilement être confondues avec de la peinture est bien entendu tout sauf un hasard.

Pour le reste, c’est un ensemble qui est dans la continuité du travail de Perconte, lequel a beaucoup photographié le corps en utilisant un appareil numérique et en s’intéressant à  la manière dont la peau, le modelé et les contours ‟ rencontrent les pixels, les trames, les saturations de l’image numérique, les déformations de la projection d’une image sur un écran, ses défauts ”. C’est là  que pour lui résident la sensualité et la magie.

En 2003, un livre de photos vient de lui être commandé par un éditeur. Après l’irruption d’Isabelle dans sa vie, Perconte a décidé d’en faire son sujet unique, renonçant à  l’utilisation de modèles ou de photographies de films. La manière dont la lumière joue sur ce corps et dont le numérique interprète certains détails devient sa préoccupation première. Les impacts, les imperfections liées à  la compression numérique, il les revendique, et il agrandit les images pour que l’on en perçoive la texture. Progressivement, il surajoute des degrés à  son jeu, notamment en clichant la surface d’un écran pour utiliser les déformations de l’image, l’effet de moirage. Il change souvent d’appareil pour obtenir des textures différentes. Le grain de l’image, la saturation des couleurs deviennent le coeur de son expérience plastique : ‟ une matière se crée, l’image s’enrichit ”.

Mais il ne s’arrête pas en si bon chemin. Constatant que le corps d’Isabelle est de plus en plus absent des images numériques qui tendent vers l’abstraction, il crée un site Internet, entre dans son code mathématique, et change une des variables encodées contre la séquence verbale ‟ I love you ”. L’intégrité de la description numérique s’en trouve brisée et les images deviennent de plus en plus aléatoires ; ce sont ces images, dont certaines n’apparaîtront qu’une fois et sont impossibles à  retrouver, qu’a photographié Perconte pour sa pièce ‟ I love you ”. Son procédé lui a déjà  valu le prix du ‟ meilleur faux virus ” aux Rencontres Internationales des arts numériques à  Évry, il a aussi eu une mention au grand prix du Net Art. Mais cela ne lui fait pas oublier Isabelle. Pour lui, ‟ chaque trace, chaque déformation est une trace d’amour latent. ”

Dominique Godfrey pour Sud Ouest : Amoureux des pixels
‟ It’s all about love ” de Jacques Perconte, jusqu’au 17 avril du mardi au samedi de 14 heures à  18 heures, le dimanche de 10 heures à  13 heures et sur rendez-vous, Les arts au mur Artothèque, 16 bis avenue Jean Jaurès, Pessac ; 05 56 46 38 41
It’s all about love / les images au fil du projet sur flickr : it’s all about the history

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !