Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 23 septembre 2006 dans ici et là dans le monde -> lien permanent
Le Projet Initial De La Télévision

poverty

Si l’on se sert d’un marteau non pas pour planter un clou dans un mur mais pour fracasser le crâne d’autrui, on en a fait un usage en un certain sens correct. Il fonctionne alors très bien et cet usage est l’une de ses possibilités latentes. Et pourtant il s’agit d’un abus. Ce qui caractérise les projets humains, en effet, c’est qu’ils poursuivent des intentions. Ils ont une dimension ‟ éthique ”. Il n’entre pas dans le projet initial du marteau l’intention de fracasser des crânes (à  vrai dire, il y a eu et il y a encore des marteaux destinés à  cela, ce qui met en lumière le problème de toutes les questions ‟ éthiques ”). L’usage actuel de la télévision n’est pas un abus fonctionnel, mais un abus ‟ éthique ” de cet outil.

Pour une phénoménologie de la télévision in La Civilisation des médias (Broché) de Vilém Flüsser, Claude Maillard (Traduction), CIRCE (13 avril 2006). Vilèm Flüsser archive. Illustration, jacques perconte – télévisions /poverty, 2005.

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !