Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 17 mars 2001 dans Chi Ocsha -> lien permanent
Artemisia Maddu Ocsha :
Je T’étouffe

Je t’embrasse

Je te serre
Je déchire
Toutes ces larmes
De tissus et de cuir
De chair et de muscles
Qui couvrent tes os
Et empêchent ce vrai corps
De passer au-delà 
De couler
De baiser
Le sol sacré de ces terres
De charbons et de sang
De feuilles vertes
De lacs et d’eaux en glaces

Je te serre
Sans que
Rien ne se passe
Pour que tu laisses
Pour que tu effaces
Et que tu saches
Que rien ne sera
Jamais plus comme
Ni proche
De ce qui fut
A toi
Pour toi
Pour ces territoires
Qu’il te faut
Que tu dois
Atteindre

Je te serre
Je t’éteins
Je t’étouffe
Je t’aveugle
Pour que
Tu ne te retournes pas
Vers ces mirages

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !