Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 27 janvier 2010 dans évènements, Satyagraha Paname -> lien permanent
Outrage & Rébellion :
école Des Beaux Arts De Paris Le 3 Février

Cinéma et intervention
mercredi 3 février à  18h,
salle de conférences, Palais des études, escalier de droite, 1er étage

Projection du film collectif, Outrage et rébellion, 2009, France, 180’, vidéo, n&b et coul (extraits). En présence de Nicole Brenez, Caroline Deruas, David Faroult, Chaab Mahmoud, Guillaume Massart, Marylène Negro, Jacques Perconte, Francesca Solari

Satyagraha MC sat_01126

‟ À défaut de nous rendre totalement aveugles voila que l’état policier projette de nous éborgner, de Montreuil à  Villiers. C’est à  la prunelle de nos yeux qu’ils en veulent. Comment ne pas penser aux mots qu’Eluard signait sous l’occupation, où l’on recherchait pour les crever les yeux de ceux qui voyaient clair dans le noir. Sale époque, on dressera ta potence. ” Hamé (la Rumeur)

Un film collectif lancé à  l’occasion d’une agression policière sur des jeunes gens parmi lesquels un cinéaste qui perdit un oeil, à  Montreuil, le 9 juillet 2009. Un film pour les déjà  trop nombreuses victimes de flash ball et plus largement les cibles du néo-libéralisme anachronique qui nous mutile tous d’une façon ou d’une autre au quotidien.
Un film par exemple qu’un blessé peut voir à  l’hôpital et qui lui redonne des forces, du courage et de la joie. Un film qui soit à  la fois un hurlement, un coup, une bordée d’insultes, une analyse lucide, un manifeste, un poème d’amour pour la révolte, une méditation, un baume sur les blessures, un appel à  la mutinerie et encore de l’amour. Un film sur cette guerre des classes raciste et spectaculaire qui ne dit pas son nom mais dont la violence s’exerce au quotidien sous des formes plus ou moins violentes, et de plus en plus violentes. Comme dit très bien Hamé, cela a commencé dans les quartiers, qui servent de laboratoire à  la répression, et ensuite cela s’étend partout.
‟ Qu’est-ce que la paix sociale, sinon une guerre à  basse intensité ? ”, demandait Oreste Scalzone.

L’été 2009, plus de 40 auteurs (cinéastes, vidéastes, plasticiens, chanteurs) se sont mis au travail. Voici une sélection de leurs films, à  destination des élèves de l’Ecole des Beaux-Arts.

Caroline Deruas, cinéaste, actrice, Exercice de double pensée, 5’30’’ î France
David Faroult, Maître de Conférences, cinéaste, Questions et hypothèses sur la répression 2009, 13’29’’ – France
Chaab Mahmoud, ouvrier de l’image, Communiqué de presse, 1’ î France
Guillaume Massart, vidéaste, critique, Pompéi (nouvelle collection), 4’50 – France
Marylène Negro, plasticienne, Répons, 3’20’’ – France
Jacques Perconte, photographe, plasticien, artiste numérique, Satyagraha, 5’12’’ – France
Francesca Solari, cinéaste, Oracolo, 3’ – Suisse

Beaux-arts de Paris l’école nationale supérieure / 14, rue Bonaparte 75272 Paris cedex 06 / www.beauxartsparis.fr / contacts : jany.lauga@ensba.fr, tél 01 47 03 54 58, fax 01 47 50 80 et martine.markovits@ensba.fr, pour la programmation video / tél. 01 47 03 50 45, fax 01 47 03 50 78

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !