Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 26 décembre 2008 dans Chi Ocsha, presse / textes -> lien permanent
Chi Ocsha, Groupe HYPERTEXTE

Luc Dall'Armellina, Hypertexte, présentation Chi Ocsha

[...]

Nous commentons à  chaud cette présentation étourdissante qui laisse nos sens de lecteurs un peu ébouriffés. Jean évoque la schizophrénie du personnage, passant du réel à  l’imaginaire. Jacques parle lui de paraphrénie. [ Selon la Wikipedia : La paraphrénie est une psychose chronique non dissociative responsable d'un état délirant chronique qui se différencie des autres psychoses chroniques (schizophrénie, psychose hallucinatoire chronique,psychose paranoà¯aque) par la coexistence d'une intense activité délirante limitée à  certains domaines de la vie intellectuelle, et une vie par ailleurs normale dans d'autres domaines. Ainsi, le paraphrène agit et pense comme si le délire n'avait pas envahi tous les domaines de sa vie psychique : il existe une bonne adaptation au réel. ]. On retient, à  l’image de l’ambiance des récits de J.L. Borgès, une quantité de pistes parallèles, de détails très réalistes et un climat de mystères, créant un grand écart entre le réel et l’imaginaire.

Marida signale qu’aborder ce travail par la narratologie n’est sans doute pas la meilleure façon d’en saisir la nature. La question se déplace pour elle du côté de la situation de lecture que Jacques propose : une lecture parlant d’un personnage qui parle d’autres personnages et dont un lecteur (la lecture est enregistrée) active les liens, fouille le code source.

La question se pose finalement de savoir si ce travail s’inscrit dans une démarche de plurimédia ou pour le dire autrement de l’idée d’une déclinaison médiatique de mise en abyme (texte > livre > hypertexte > vidéo d’une lecture > lecture performée ) dans laquelle chaque média prendrait en charge un aspect de la fiction. N’a-t-il pas finalement la forme de l’impossibilité d’un film ? A cette question, Jacques répondra un peu plus tard : “Cette question peut être longue a résoudre. Je l’ai tournée autrement avec le temps. est-ce que le film était le bon support ? Il y a un film en préparation. ce ne sera pas une fiction telle qu’il était prévu de le faire. Mais cela ne sera qu’un élément supplémentaire au même titre que le livre. Une prise dans une réalité pour augmenter les tensions…”

[...]

Extrait du compte rendu sur ma présentation par Luc Dall’Armellina sur le  blog du groupe HYPERTEXTE. Vous pouvez le trouver dans son intégralité directement sur la page : présentation de Jacques Perconte - 11 décembre 2008

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !