Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 2 janvier 1999 dans Chloe, écrits / notes -> lien permanent
Samedi 2 Janvier 1999 10.pm.

Juste quelques jours avant le début du tournage, quelques notes. Demain dimanche, peut-être une répétition avec Egon et Chloé. Je les laisse très libres pour cette première partie. Étant donné que c’est l’histoire d’une rencontre, d’une séduction, je vais laisser ca passer sur le ton du jeu. Je ne sais pas si cela va être trop joué ou pas assez, mais yann et laéticia sont plus réactifs lorsqu’ils improvisent. Cette première partie risque d’être un peu trop lourde si je les dirige trop. Le film commence sur un ton assez léger. Faire que ces scènes soient jouées très sérieusement risqueraient de décevoir. Fabriquer du faux… C’est très loin du but de ce film, faire passer de fausses émotions, construire de la fiction plastique moulée dans un système de recettes dramatiques… paf. Éclaircir cet petits propos. Le film se fait en trois parties, cela va construire des personnages d’une façon assez complexe. En fait tout se passe dans leurs relations, et tout repose sur Chloé et Egon. Comment ils évoluent? C’est une véritable histoire puisque les deux acteurs, ces deux personnages se sont rencontrés dans le cadre de se film, l’histoire dépasse son cadre puisqu’elle intervient directement sur des personnes. Dans cette rencontre j’ai été un une instance, et c’est ce que je vais rester dans le cadre de la première partie du film qui est aussi simplement une rencontre. Plus élaborée certes, dans un contexte un peu fictif peut-être, mais c’est yann et Laéticia à  peine changés qui vont se rencontrer. Ce film est un vrai film, un film qui montre un peu de vrai. Si on joue cette première partie, que l’on la laisse prendre une tournure que nous n’aurions peut-être pas prévue, alors, elle va se déployer dans le bon sens. Par exemple, j’ai abandonné les dialogues écrits, les acteurs improvisent dans le sens qu’ils veulent, je ne suis là  que pour dire si cela me plait, si cela sonne faux, ou non… Je n’influe finalement que peu sur ce qu’ils disent puisque c’est eux qui vivent cette rencontre et pas moi. Ils ont complètement changé les dialogues de la rencontre, ce n’est plus egon qui interpelle Chloé, elle dirige vraiment tout ce qui se passe, et cela correspond aussi bien à  son caractère qu’à  celui du personnage que j’ai écrit. En fait c’est Laéticia qui prend le pas sur Chloé, elle est très dynamique et très pétillante. Elle se comporte comme lors de leur première rencontre.

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !