Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 2 juillet 1997 dans Sables -> lien permanent
Sables, Script

SEQUENCE 1, EXT.JOUR, PLAGE DE LACANAU

Aurélie (pantalon, pull blanc), seule (début de séquence de fin).
Aurélie court le plus vite qu’elle peut. Elle est sur la plage de lacanau, elle passe devant les deux blockhaus et se dirige vers des dunes…

Plan 1 :
Plan subjectif.
Aurélie court, elle passe les blockhaus.
On entend son souffle et le grondement des vagues.

Plan 2 :
La caméra (épaule) la cadre (de profil) en train de courir.
Elle dépasse les blocks de béton,
La caméra ralentit et se laisse légèrement dépasser.
On entend son souffle et le grondement des vagues.

Plan 3 :
Panoramique en compensation
Elle court dans le sable mouillé, et se dirige vers les dunes.
On entend plus que le grondement des vagues.

Plan 1 :
Plan subjectif.
Elle se rapproche des dunes.
On entend son souffle et le grondement des vagues.

SEQUENCE 2, NOIR, GENERIQUE.

Aurélie, (voix off)
On entend son souffle sur tout le temps du générique

SEQUENCE 2 bis, EXT.NUIT, BORDEAUX MERIADECK.

Jean (jeans, t-shirt, veste, mallette), l’agresseur (tout en noir) et son chauffeur.
Jean semble rentrer chez lui, il longe les rues de Meriadeck (il vient de l’hôtel pullman et va vers l’entrée du Cardinal), un homme surgit (de la préfecture) et l’attaque. Une voiture pile (devant l’entrée de l’immeuble), l’agresseur monte, la voiture démarre et disparaît.

Plan 1 :
Travelling latéral sur le personnage.
Jean marche l long de la rue, il ne regarde nulle part précisément, il sort des clefs de sa poche, les regarde et s’arrête..
Bruit des pas, des clefs (souffle léger)

Plan 2 :
La caméra (épaule), cadre serré sur le personnage (de face).
Il regarde ses clefs,
Bruit des pas (très légers), des clefs (souffle léger)

Plan 3 :
La caméra (épaule), cadre serré sur le personnage (de 3/4) raccord sur le geste.
Il replonge sa main dans une de es poches et en sort un autre trousseau de clefs, il farfouille et range le premier.
La caméra (épaule), se déplace pour le prendre de face.
Il se remet à  marcher.
Bruit des pas (très légers) en plus des siens, des clefs (souffle léger)

Plan 4 :
Travelling arrière (personnage de 3/4)
Il marche (se rapproche de l’entrée de son immeuble.
La caméra (épaule), se déplace pour le prendre de face.
Il se remet à  marcher.
Bruit des pas (très légers) en plus des siens.

Plan 5 :
Plan a l’épaule (de face). CAM 1
Il pénètre dans l’entrée du bâtiment et tâtonne pour trouver le trou de la serrure.
Une personne se jette sur lui.
Son direct.

Plan 6 :
Plan a l’épaule (de dos). CAM 2
Son agresseur le retourne et le plaque à  la porte vitrée.
Son direct.
Plan 7 :
Plan a l’épaule (coté). CAM 1
Jean lui met un coup. Son agresseur recule et sort quelque chose de sa poche
Son direct.

Plan 8 :
Plan a l’épaule (de dos). CAM 2
Jean se retourne et essaie d’ouvrir la porte, son agresseur lui donne des coups de couteau dans le dos
Son direct.

Plan 9 :
Plan a l’épaule (de dos). CAM 1
Jean s’écroule, son agresseur se retourne et court au milieu de la rue
Son direct.

Plan 10 :
Petit travelling avant au niveau du sol.
Une voiture arrive et pile au niveau de l’entrée de l’immeuble.
Son direct.

Plan 11 :
Plan à  l’épaule.
L’agresseur fait le tour du véhicule et monte du coté du passager. Il claque la porte et la voiture démarre.
Son direct.

Plan 12 :
Plan fixe (extérieur de la voiture).
Le conducteur regarde jean allongé dans l’ombre.
Son direct.

Plan 13 :
Plan subjectif (intérieur de la voiture).
Le conducteur regarde jean allongé dans l’ombre.
Son direct.

Plan 14 :
Panoramique en contrechamp (à  environ trois ou quatre mètres de la voiture)
Le véhicule démarre.
Son direct.
Plan 15 :
Plan à  l’intérieur de la voiture (depuis la plage arrière).
La voiture roule assez vite en ville
Son direct.

Fondu au noir

SEQUENCE 3, EXT-INT JOUR, BORDEAUX NANSOUTY.

Yannick (jeans, t-shirt de cinéma).
Yannick est seul chez lui, il va aller s’installer dans le jardin pour lire (il passe son temps à  lire et à  voir des films). Le téléphone sonne, il ne lève même pas la tête. La journée passe, il rentre, prend à  grignoter dans la cuisine (dans le frigo, il n’y a que des bières et des cochonneries) il y allume la radio (on entend parler du fait divers précédent). Il va dans sa chambre, se jette sur son lit, allume la télé en contemplant son mur de vidéocassettes, il finit par se lever, en prendre une et la regarder. Il se lève, attrape un carnet et se met à  prendre des notes, il fait des arrêts sur images… il analyse ce qu’il voit et le retranscrit.

Plan 1 :
Plan fixe (extérieur dans le jardin) on cadre la façade intérieure de la maison.
Quelques secondes passent. Une silhouette apparaît dans la cuisine, elle repasse ans le salon puis arrive sur la terrasse pour s’installer dans le jardin.
Son direct (micros dans la cuisine et dans le salon sur cam2 et 3).

Plan 2 :
Plan subjectif.
Il tourne les pages (de leçons de mise en scène d’Eisenstein) sans trop y faire attention, il s’arrête surtout sur les dessins.
Son direct (+ train qui passe).

Plan 3 :
Gros plan.
Il tourne toujours les pages.
Son direct.

Plan 4 :
Très gros plan.
Il s’arrête sur une illustration.
Son direct + Le téléphone sonne.

Plan 5 :
Plan moyen en contrechamp.
Yannick ne lève pas les yeux.
Son direct + Le téléphone sonne.

Plan 6 :
Extrême gros plan.
Il ne bouge plus.
Son direct + Le téléphone sonne puis s’arrête.

Plan 7 :
Plan large depuis le jardin CAM 1.
Yannick continue à  lire un instant, il pose son livre et se lève, il va vers le salon.
Son direct.

Plan 8 :
Plan moyen (épaule) (suivi de ses faits et gestes) CAM 2.
Il entre dans le salon, va vers une petite radio posée sur un meuble, il l’allume (il parle tout seul, on ne comprend pas). Elle émet de la musique, il revient sur elle, zappe et tombe sur des infos. Il se dirige vers la cuisine.

La caméra suit Yannick dans la cuisine.
Radio.
(…) sà»rement que nous arriverons à  dépasser ce stade et que nous saurons de quelle manière nous y prendre.
(…) Les autorités sont sur le point de mettre un terme à  l’enquête entreprise il y à  peine deux jours à  la découverte de ce qui semblait n’être qu’un fait divers de plus. (…)
Un passant avait retrouvé le corps de l’un de ses voisin mort devant l’entrée de l’immeuble. La police avait d’abord cru à  une agression, mais après investigations elle a découvert que cet homme avait des relations douteuses avec des trafiquants de spiritueux.
Une fois de plus, le mobile semble être la seule piste pouvant mener au coupable.
(…)Cinéma maintenant, même si les critiques ne l’aime pas, il faut faire l’effort de le découvrir par soi-même et l’on apprécia sans doute de se plonger dans cet univers trash-bd…

Yannick sort du frigo les deux mains prises, il va éteindre la radio (en posant un des sandwichs sur la table), il sort par le couloir et s dirige vers sa chambre. (Il ne ferme pas la porte) Il mord a pleines dents dans un de ses sandwiches alors qu’il pose l’autre sur son bureau. De sa main libre, il allume la télé et se recule, il se laisse tomber en arrière sur son lit (à  la télé : gilles Deleuze, i comme idée).
Son direct au bout de quelques secondes le sen diminue.

FONDU ENCHAINE SUR LE PLAFOND

Plan 9 :
Plan subjectif.
Yannick regarde le plafond, il se relève en respirant et regarde le mur de cassettes qui se dresse devant lui. Après quelques instants, il se lève et attrape une cassette (la jetée). Il la sort de son boîtier (hors champ) et l’insère dans son magnétoscope.
Son direct.

Plan 10 :
Plan moyen (épaule).
Yannick est par terre devant son lit, il regarde le film, il se lève, prend un carnet de croquis. Il se met à  prendre des notes.
Son direct.

Plan 11 :
Plan en plongée par dessus l’épaule de Yannick.
Il se met à  faire des croquis de cadrages, il met des notes sur ses dessins , les efface et finit par dessiner le cadrage utilisé.
Son direct.

Plan 12 :
Image refilmée sur un écran.
Yannick continue quelques instants à  dessiner et à  écrire, puis il se lève, attrape son second sandwich et sort du champ.
Son direct (de la première génération).

FONDU AU NOIR

SEQUENCE 4, INT JOUR, BORDEAUX NANSOUTY.

Yannick (jogging, sweat-shirt), un livreur (k-way).
On sonne, Yannick ouvre après avoir regardé par la fenêtre à  l’étage, c’est un livreur qui lui apporte un paquet, il le règle par chèque et signe le reçu. Il porte le paquet dans sa chambre, il attrape un cutter et l’ouvre, il vide lentement son contenu en examinant chaque objet : un appareil photo, divers objectifs… Il met des piles et une pellicule et va essayer l’appareil dans son jardin. (un train passe), il va près du grillage pour essayer quelque photo, mais sans résultat. Il rentre, s’installe à  son bureau dans sa chambre et se met à  écrire.

Plan 1 :
Plan séquence (cam 1 et 2) à  l’épaule. Noir, ouverture.
On sonne. Yannick qui était dans la cuisine remonte le couloir. Il monte à  l’étage et regarde par la fenêtre qui est là . Il le regarde une seconde ou deux. La personne sonne à  nouveaux. Yannick l’interpelle de la fenêtre du premier

k pas de plans pris de l’extérieur de la maison.

Yannick. (à  la fenêtre)
C’est pour quoi…

Le livreur lève la tète et se recule.

Le livreur.
Bonjour, j’ai un paquet pour vous.

Yannick. (à  la fenêtre)
Ne bougez pas j’arrive.

Le livreur.
O.K…

Yannick redescend, prend des clefs qui sont accrochées sur un clou près de la porte. Il ouvre, prend le colis et le pose par terre. Le livreur lui tend le paquet ainsi qu’une facture. Yannick la prend et la regarde, il invite le livreur à  rentrer deux secondes.

Yannick.
Entre deux secondes, je vais chercher mon carnet de chèques.

k La caméra reste sur le livreur.

Le livreur regarde sa montre, puis autour de lui. Il regarde dehors, Yannick revient à  ce moment là , il a son carnet de chèques, il rejette un oeil sur la facture, s’appuie sur le mur et remplit le chèque. Il se retourne et le tend au livreur qui lui tend un reçu.

Le livreur.
Merci, j’ai juste besoin d’une petite signature

Yannick lui prend le reçu et le plaque au mur, le signe et le rend au livreur qui en détache le carbone et le rend à  Yannick.

Le livreur.
Bonne journée (…)

Yannick lui ferme la porte sur le nez.
Son direct.

Plan 2 :
Plan séquence à  l’épaule.
Yannick rentre dans sa chambre, allume la télé et pose ses affaires (carnet de chèques et reçu) sur son bureau. Il retourne dans le couloir et prend le colis. Il le pose sur son lit, se retourne, ouvre un tiroir duquel il sort un cutter. Il ouvre soigneusement la boite de carton en suivant les scotchs. Il en sort un appareil photo et des objectifs.
Son direct.

Plan 3:
Gros plan.
Yannick déballe soigneusement et met des piles.
Son direct.

Plan 4 :
Plan séquence à  l’épaule (de la cuisine).
Sort de sa chambre et va dans le salon, il a l’appareil à  la main avec le plus gros des objectifs. Il va dans le jardin. Il fait quelques clichés de ce qui l’entoure. Il se dirige vers le fond du jardin.
Son direct.

Plan 5 :
Plan séquence à  l’épaule (dans le jardin).
Il s’approche de la grille du fond, s’accroupit, un train passe, il prend quelques photos, met la lanière de l’appareil autour du coup, met les doigts dans le grillage et y colle son visage. Le téléphone sonne. Il ne bouge pas.
Son direct.
Plan 6 :
Gros plan.
Un train passe, le visage de Yannick ne bouge pas.
Son direct.

FONDU AU NOIR

SEQUENCE 5, INT JOUR, BORDEAUX NANSOUTY.

Yannick (jeans, torse nu), Aurélie (OFF).
Yannick a quitté sa chambre et s’est installé dans le salon pour travailler. Il a laissé la télévision allumée dans sa chambre. Le téléphone sonne. Il finit par décrocher, on entend aurélie qui parle puis qui crie au téléphone, il ne dit pas un mot et raccroche. Il se remet au travail.

Plan 1 :
Plan séquence à  l’épaule.
Yannick est assis à  la table du salon. Elle est recouverte de ses écrits. Il travaille. Le téléphone sonne, il le laisse sonner deux fois et il se lève et décroche. Il ne dit rien.

Aurélie. (au téléphone)
Yannick, c’est aurélie… C’est ça ne dis rien, déjà  que tu donnes pas de nouvelles… je suis allée à  la fac, ils t’ont pas vu depuis trois mois, qu’est-ce que tu fous… Ils m’ont dit que si tu n’y allais plus tu allais perdre tes bourses…
Yannick ! tu déconnes, vraiment, tu déconnes.
… Parle, merde, qu’est-ce que je vais dire à  papa et à 
maman lorsqu’ils vont encore appeler parce qu’ils n’arrivent pas à  te joindre… Yann (…)

Yannick raccroche. Il retourne vers la table. L e téléphone se remet à  sonner, il le laisse. Au bout de cinq ou six fois, il s’arrête.
Son direct.

Plan 2 :
Plan fixe au raz de la table.
Yannick travaille. Un train passe. Il se lève et met un peu de musique à  la radio, il ne trouve rien, il l’arrête et retourne s’asseoir.
Son direct.

Plan 3 :
Plan moyen.
Il écrit.
Son direct.

SEQUENCE 6, INT NUIT, BORDEAUX NANSOUTY.

Yannick (pantalon, pull).
Yannick est dans sa chambre devant la télé, le téléphone sonne, il le laisse sonner un moment et finit par se lever pour le prendre, et le jeter dans la poubelle dehors.

Plan 1 :
Télévision refilmée.
Martin Scorcese: voyage à  travers le cinéma américain, le film noir.
Son direct.

Plan 2 :
Plan large de la pièce, Yannick est de dos au premier plan et la télévision allumée au second.
Il regarde la télévision, le téléphone sonne, il ne réagit puis finit par se lever. Il sort de la pièce.
Son direct.

Plan 3 :
Plan moyen dans le couloir (depuis l’encadrement de la porte de la cuisine.
Il déboule de la chambre et passe devant la porte de la cuisine.
Son direct.

Plan 4 :
Plan serré (épaule) dans le salon.
Il rentre dans la pièce, débranche le téléphone, et ressort aussitôt.
Son direct.

Plan 5 :
Plan serré (épaule) dans le couloir.
Il sort de la cuisine, marche vite, prend la clef sur le clou et ouvre la porte, il sort, ouvre la poubelle et y jette le téléphone.
Son direct.

SEQUENCE 7, INT JOUR, BORDEAUX NANSOUTY.

Yannick (pantalon, t-shirt).
Il regarde des extraits de films, les refilme… Il prend une nouvelle page pour écrire : repérages.

Plan 1 :
Plan large dans le salon.
Yannick est assis et il regarde un film (blue velvet, la scène de fin).
Son direct.

Plan 2 :
Gros plan de la télévision.
Plan de la même scène mais déformée.
Travelling arrière.
On découvre Yannick devant la télé (à  quelques dizaines de centimètres).
Travelling compensé.
Il tourne la tête, on voit son visage qui semble ne faire plus qu’un avec l’image télé qui remplit complètement le second plan. L’image de la télévision se fixe. Il se lève et sort du champ.
Son direct.

Plan 3 :
Plan large de la pièce.
Yannick revient une caméra à  la main. Il s’installe devant la télé, remet le magnétoscope en marche (l’image n’est plus déformée), il se met à  refilmer la télé, il se colle à  elle.
Son direct.

Plan 4 :
Plan serré sur Yannick et la télé (téléobj). Pour écraser tte perspective.
Il filme complètement collé à  la télévision. Scène où jeffrey débarque et découvre les deux corps dans l’appartement.
Son direct.

Plan 5 :
Gros plan.
La main et l’objectif de la caméra noyés dans l’image télé.
Son direct.

Plan 6 :
Très gros plan.
Image télé (pixels).
Son direct.

Plan 7 :
Très gros plan (incruste dans plan précédent?).
Image télé (pixels).
Plan moyen du couloir.
Yannick avance lentement en regardant d’une façon obsessionnelle la caméra, il rit.
Son direct.

Plan 8 :
Très gros plan (incruste dans plan précédent?).
Image télé (pixels).
Gros plan du visage de Yannick.
Il parait être complètement fou.
Son direct.

FONDU ENCHAINE.

Plan 9 :
Travelling en plongée, gros plan de la table du salon.
Yannick s’assoit et pose une feuille blanche sur la table, il écrit repérages.
Son direct.

SEQUENCE 8, EXT JOUR, BORDEAUX.

Yannick (pantalon noir, pull noir, imperméable long sous lequel il cache l’appareil photo), des passants (6).
Yannick est sorti de chez lui, il est dans la rue. Il marche au hasard des rues, il prend des photos, suit des gens, le jour, la nuit, il écrit des rapports sur ses observations, attache les pellicules sur les feuilles, il fait des listes des lieux qui l’intéressent et s’organise des plannings.

Plan 1 :
Plan large de rue.
Yannick marche.
Son direct.

Plan 2 :
Plan rapproché.
Yannick marche, il croise un jeune.
Son direct.

Plan 3 :
Plan moyen sur Yannick.
Il croise un type, il se retourne.
Son direct.

Plan 4 :
Plan subjectif.
Yannick regarde le type s’éloigner.
Son direct.

Plan 5 :
Plan rapproché.
Yannick sort un carnet de sa poche, il note quelque chose (l’heure et le lieu), il le range et sort son appareil pour faire une photo.
Son direct.

Plan 6 :
SFX.
Photo au travers du viseur de l’appareil photo (sur fond bleu puis incruste ?).
Son direct.

Plan 7 :
Plan séquence, cadre moyen.
Il se met à  le suivre sur quelques rues, puis il abandonne.
Son direct.

Plan 8 :
Plan séquence, cadre moyen.
Il se met suivre une fille qui passe sur le trotter d’en face, il la prend en photo, prend note du lieu…
Son direct.

Plan 9 :
Plan séquence, cadre moyen.
Il marche aux alentours des quinconces, prend en chasse une autre personne.
Son direct.

Plan 10 :
Plan séquence, cadre moyen.
Il fait des croquis de lieux très fréquentés.
Son direct.

SEQUENCE 9, EXT JOUR, BORDEAUX.

Yannick (jeans bleus, chemise blanche, imperméable long sous lequel il cache l’appareil photo), Régis, des passants (6).
Yannick est dans la rue, il se met à  suivre régis, il fait des rapports très précis sur ses faits et gestes, il le filme, regarde ce qu’il a filmé directement sur le viseur de sa caméra..

Plan 1 :
Travelling avant sur la rue, panoramique (180°) sur Yannick depuis le toit d’une voiture.
Yannick marche derrière régis. Il prépare son appareil photo.
Son direct.

Plan 2 :
Panoramique.
Yannick accélère, il traverse la rue, et prend une photo, il va sur le trottoir d’en face pour continuer à  le suivre.
Son direct.

Plan 3 :
Plan fixe à  un mètre du sol.
Yannick marche derrière régis.
Son direct.

Plan 4 :
Panoramique de gauche à  droite.
Régis traverse la rue et rentre chez lui.
Son direct.

Plan 5 :
Plan rapproché sur Yannick, petit travelling.
Il note tout.
Son direct.

SEQUENCE 10, INT JOUR, BORDEAUX.

Aurélie, sa mère et son père.
Aurélie est chez elle, seule, le téléphone sonne. C’est ses parents. Elle ment à  propos de sa situation et à  propos de celle de son frère. Elle dit qu’il est en plein examens et qu’il passe son temps à  la bibliothèque mais qu’il passe de temps en temps pour la voir. Elle leur demande quand ils reviendront, ils répondent que ce ne sera pas avant les prochaines vacances, dans trois mois.

Plan 1 :
Plan séquence.
Aurélie est installée sur son canapé, elle lit. Le téléphone sonne, elle se lève.

Aurélie.
Maman (…)
Oui, ça va bien… Oh, j’aurais mes résultats dans le courant de la semaine.
(…)
Tout devrait aller pour le mieux, ça c’était bien passé.
(…)
Je suis en train de lire une analyse de la crise de 1929…
Oui, c’est très bien. C’est de john… Attend j’attrape le livre…

(elle pose le téléphone et attrape le livre qu’elle avait laissé sur la table du salon)

Voilà  : john Keneth Galbraith.(…)
Il met en rapport la crise de 1929 et celle de 1987, c’est lui qui a écrit le nouvel état industriel…
(…)
Guillaume va très bien… tu sais, il a encore beaucoup de travail, il lui reste encore un oral à  passer et il a pas été beaucoup en cours cette année…
Oui, mois non plus. Oui…
(…)
Yannick… Il va bien, il passe son temps entre la fac et la bibliothèque, il reste pas à  la maison pour travailler parce qu’il est pas assez concentré…
C’est jamais trop tard pour s(y mettre.
(…)
Oui, je lui dirais de vous appeler la prochaine fois qu’il viendra ma voir…
Je sais qu’il exagère…
(…)
Non, c’est moi qui ai le double des clefs…
(…)
Vous rentrez quand ?
O.K. On viendra.
D’accord…
Tu me passes papa ?
(…)
Il va bien ?
(…)
Bon beh tu l’embrasses pour moi.
Au revoir.
Son direct.

Plan 2 :
Plan séquence.
Elle raccroche, va dans la cuisine et se sert un verre d’eau, elle revient et se réinstalle sur le canapé pour reprendre sa lecture.
Son direct.

SEQUENCE 11, EXT JOUR, MAISON DE REGIS.

Yannick, Régis, la copine de Régis.
Yannick se rapproche de plus en plus de régis, il le suit jusque chez lui, le suit à  lacanau il cherche son téléphone sur l’annuaire, il appelle en se faisant passer pour un copain (la copine de régis le confond avec quelqu’un et il apprend ainsi le prénom d’un des ses amis) il demande où il est parti.

Plan 1 :
Plan fixe large.
Régis traverse la rue, il se dirige vers l’entrée de sa maison, il rentre.
Panoramique vers la gauche (Yannick très proche de la caméra).
Yannick le regarde, il prend une photo et se met à  noter sur son carnet.
Son direct.

Plan 2 :
Double Plan fixe.

Premier plan.
Yannick dessine la porte d’entrée de l’habitat de régis.
Second Plan.
La porte, au bout d’un ou deux secondes, la copine de Régis sort, ferme la porte et sort du champ par la gauche. Elle disparaît derrière le carnet de croquis.
Son direct.

Plan 3 :
Contrechamp, épaule.
Yannick baisse le carnet, s’approche de la boite aux lettres, et note son nom complet. Il se met à  genoux et fait une photo de la boite aux lettres. Il se lève et sort du champ par la droite.
Son direct.

Plan 4 :
Travelling latéral sur le doigt (lumière d’extérieur).
Yannick parcours l’annuaire afin de trouver le numéro de téléphone de la personne qu’il s’est mis à  suivre.
Son direct.

SEQUENCE 12, INT JOUR, MAISON DES ARTS.

Régis (une veste), trois étudiants, un ou deux figurants.
Régis arrive à  son bureau, il a à  peine posé sa veste sur son dossier qu’un étudiant débarque dans son bureau. Régis le suit jusqu’aux bancs de montages.

Plan 1 :
Plan fixe.
Régis entre dans son bureau, il pose son sac et commence à  mettre sa veste sur le dossier de son fauteuil.
Travelling arrière.
Un étudiant pénètre dans le champ par la gauche.

L’étudiant.
Bonjour régis…
Dis, tu pourrais pas venir, j’ai des petits problèmes.

Régis.
Qu’est-ce que t’as encore fait ?

L’étudiant.
rien…

Régis (en sortant du bureau).
T’as encore tout cassé ! …

Ils sortent du champ.
Son direct.

Plan 2 :
Plan fixe (à  l’autre bout du couloir).
Régis et l’étudiant arrivent vers la porte de la salle de montages au premier plan. Deux étudiants sortent de la salle. Ils entrent.
Son direct.

SEQUENCE 13, EXT JOUR, MAISON DES ARTS.

Yannick, la copine de régis.
Une voiture passe. Yannick est dans une cabine téléphonique, il essaie d’avoir des renseignements sur ce Régis. Il apprend le nom d’un de ses amis pour qui il se fera passer.

Plan 1 :
Plan rapproché.
Une voiture passe vite.
Son direct.

Plan 2 :
Petite caméra dans les hauteurs de la cabine.
Yannick compose le numéro de téléphone.

Yannick.
Bonjour, régis est là  ?
(…) Oui, c’est marc.

(il sort un stylo de sa poche et note le prénom sur sa main)

Oui, euh, quand est-ce qu’il rentre ?
(…) Et, il est ou, au travail…
Merci, non, je rappellerais.
Au revoir.

Son direct.

SEQUENCE 14, EXT JOUR, MAISON DE REGIS, VOITUIRES.

Yannick, Régis.
Régis sort de chez lui tôt un matin. Yannick est là  dans sa voiture, il note l’heure, prend une photo. Régis monte dans sa voiture, il démarre. Il se dirige vers Lacanau. Yannick le suit. Il l’observe, note ses faits et gestes.

Plan 1 :
Plan subjectif.
Dans la voiture de Yannick Régis sort de chez lui, il monte dans sa voiture. il démarre.
Son direct.

Plan 2 :
Panoramique.
Yannick démarre à  son tour.
Son direct.

Plan 3 :
Plan moyen depuis la plage arrière.
Régis roule tranquillement.
Son direct.

Plan 4 :
Travelling latéral.
Yannick conduit.
Travelling arrière, on dépasse la voiture de Yannick et on arrive au niveau de la voiture de régis.
Régis conduit, il sort une canette et boit.
Travelling arrière, on dépasse la voiture de régis.
Son direct.

SEQUENCE 15, INT JOUR, BORDEAUX.

Aurélie, son copain.
Aurélie, essaie d’avoir son frère au téléphone, guillaume lui fait une scène, il trouve qu’elle perd son temps à  essayer de s’occuper de lui. Elle décide d’aller voir par elle-même malgré les réticences de son copain.

Plan 1 :
Plan séquence.

Aurélie traverse le couloir et prend le téléphone. Elle compose un numéro. Elle attend. Son copain arrive.

Guillaume.
qui est-ce que tu appelles ?

(elle ne répond pas)

Guillaume.
T’es encore en train d’essayer d’avoir ton frère ? (…) T’as pas encore compris qu’il se fout de toi et de tes parents ?
(…) Mais laisse tomber, s’il a besoin de toi t’inquiète pas qu’il saura où te joindre.

(elle se retourne vers lui)

Aurélie.
je crois pas qu’il appelle s’il a des problèmes.

Guillaume.
moi, j’ai besoin de toi, lui il a besoin de tes parents. Depuis un an que vous êtes seuls, il a quitté la fac et il passe ses journées à  glander devant la télé…
il est incapable de se prendre en mains.

(elle raccroche)

Aurélie.
il est parti de la fac parce que ça ne lui plaisait pas, il préfère travailler…

Guillaume.
…travailler…

Aurélie.
….à  la maison… Il bosse autant que toi.

Guillaume.
tes parents ne sont même pas au courant de tout ça..

( il se retourne et quitte le couloir)

Guillaume.
il est pas là  et il nous fait chier.

(elle ouvre un placard et sort un manteau, il revient en entendant le bruit)

Guillaume.
-qu’est-ce que tu fais ?

Aurélie.
Je vais voir s’il est à  la maison.

Guillaume.
mais qu’est-ce que tu vas perdre ton temps avec lui ? (…) Tu restes là  !

Aurélie.
non…

(il s’éloigne)

Guillaume.
allez va voir ton frère et reviens quand tu l’auras retrouvé.

(Elle sort sans fermer la porte, la caméra la suit)

SEQUENCE 16, EXT JOUR, LACANAU.

Yannick, Régis.
Yannick suit régis dans les dunes.

Plan 1 :
Plan fixe (loin des blockhaus).
Régis arrive vers nous, il se promène.
On fait le point sur Yannick, loin dans les Blockhaus.
Yannick avance en courant.
Son direct.

Plan 2 :
Plan séquence.
Yannick court sur la plage près des blockhaus, il est à  une cinquantaine de mètres de régis. Il a son bloc de croquis à  la main et son appareil photo autour du coup.
Il dépasse la caméra, panoramique rapide, on cadre sur lui puis sur Régis au loin.
Son direct.

SEQUENCE 17, EXT-INT JOUR, BORDEAUX.

Aurélie.
Elle va chez son frère afin de prendre des nouvelles, il est parti pour Lacanau. Elle entre (elle a les clefs) elle décide de l’attendre, trouvant le temps long, elle fouille un peu et découvre ses notes, et recopie une liste de lieux et de noms dont un est entouré de rouge.

Plan 1 :
Plan fixe de la porte.
On sonne deux fois. On entend des bruits de clefs.
Travelling arrière.
La porte s’ouvre, aurélie entre.
Le travelling se termine sur la fin du mouvement de la porte.
Elle entre à  peine dans la chambre de son frère. Elle ressort.
Le travelling arrière reprend (jusque dans la cuisine.
Elle avance, se dirige vers l’escalier, appelle son frère.

Guillaume.
-Yannick… Yannick !

Elle se met à  avancer vers la cuisine.
Elle sort du champ pour entrer dans le salon
Son direct.

Plan 2 :
A l’épaule, raccord sur le mouvement lorsqu’elle entre.
Il y a du bazar sur la table. Elle farfouille (scenar, photos, pages manuscrites…) elle finit par s’asseoir sur le canapé et à  se plonger dans la télé.
On va sur la télé en gros plan.
Son direct.

FONDU ENCHAINE.

Plan 3 :
Gros plan sur une image de télévision, on se retourne sur elle.
Aurélie pointe la télécommande vers la télé (caméra) et on entend qu’elle s’éteint. Elle se lève et commence à  écrire un petit mot à  son frère.
Point.
Son attention est attirée par un papier (sur lequel se trouve le nom de régis entouré en rouge) sur la table. Elle l’attrape, rature ce qu’elle a écrit pour son frère et recopie le papier.
Son direct.

Plan 4 :
Gros plan sur qu’elle écrit.

Son direct.

SEQUENCE 15, EXT-INT JOUR, BORDEAUX.

Régis, sa copine Yannick.
Régis est à  son bureau, le téléphone sonne, c’est sa copine. Elle lui dit que son copain a appelé pour savoir quand est-ce qu’il revenait, il lui dit qu’il n’est pas là  et qu’elle a du se tromper en prenant le nom. Ils se disputent. Yannick est dans les toilettes à  coté du bureau de Régis, il entend tout.

SEQUENCE 16, INT NUIT, BORDEAUX.

Aurélie, Guillaume.
Lorsque aurélie rentre chez elle, elle tombe sur son copain qui l’attendait. Il lui demande comment va son frère et lui dit que si elle tient autant à  lui, elle n’a qu’a aller vivre chez lui. Elle ignore et va dans le salon. Il se lève et va se coucher. Elle s’installe dans le salon pour dormir. Pendant son sommeil, guillaume vientt fouiller dans son sac et trouve le nom de régis, il recopie l’adresse et repose le papier ou il l’a trouvé.

SEQUENCE 17, EXT-INT JOUR, BORDEAUX.

Aurélie, Guillaume, la copine de Régis.
Le lendemain matin, guillaume se prépare et sort sans dire mot à  aurélie. Il va à  l’adresse. Il rencontre la copine de Régis qui l’invite à  entrer.

SEQUENCE 18, EXT JOUR, BORDEAUX.

Aurélie, Régis, des figurants.
Aurélie va avec sa liste de lieux, elle essaie de trouver Régis. Elle le croise sqns savoir que c’est lui.

SEQUENCE 19, EXT-INT JOUR, BORDEAUX, LES QUATRES SOEURS.

Guillaume, la copine de Régis, plein de monde.
Ils sont dans un bar, on entend pas ce qu’ils disent, ils ont l’air de s’amuser.

SEQUENCE 20, INT NUIT, BORDEAUX.

Yannick, un inconnu.
Yannick est en ville assez tard dans la nuit. Il rencontre un étranger, ils s’échangent quelque chose.

SEQUENCE 21, EXT-INT JOUR, BORDEAUX.

Aurélie.
Elle retourne chez son frère, elle attend un peu, elle trouve le scénario, elle le feuillette, en le reposant, elle trouve des balles de revolver. Elle prend le scénario et relit la dernière séquence du film.

SEQUENCE 22, EXT JOUR, LACANAU.

Aurélie, Yannick Régis.
La dernière du film annonce un meurtre sur une dune, le lieu est très exact. Aurélie n’a pas de mal à  savoir où c’est, elle s’y rend et arrive au moment où son frère allait passer à  l’acte.

SEQUENCE 23, EXT-INT JOUR, BORDEAUX.

Générique

SEQUENCE 24, EXT, BORDEAUX.

Images du scénario.

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !