Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 15 janvier 2008 dans I love you, presse / textes -> lien permanent
Spirit Magazine N°37 :
A La Folie

IMG_8579

Jusqu’au lundi 14 avril, l’artothèque de Pessac invite Jacques Perconte. L’exposition It’s all about love correspond à  l’accrochage d’images numériques donnant à voirdes parcelles du corps d’Isabelle, l’être aimé. Un travail obsessionnel, boulimique, gigantesque, démarré en 2003 autour d’un projet éditorial intitulé 38 degrés. Aujourd’hui, l’artiste dispose d’une oeuvre-collection constituée d’une dizaine de milliers d’images. Choisir quelques idées parmi des milliers d’images…

« Cela peut paraître impossible. Mais finalement. c’est quelque chose de facile. De peur de ne pas avoir été jusqu’au bout, je ne cesse de continuer à  fabriquer de nouvelles images pour mon livre 38degrés. La source semble intarissable. Mais quand il s’agit comme là  de faire une sélection d’images, on pourrait croire que c’est un exercice délicat. Il y a peut-être plus de 10 000 images en tout. Quelle méthode pour choisir ? Aucune. le survole. Je regarde, je prends du temps avec toutes les images. C’est certain que je ne les vois peut-être pas toutes. Certaines s’échappent. Or. c’est justement ça l’idée : celles qui surgissent, celles qui restent ; c’est comme ça que se fait le choix. Le choix est naturel. Et surtout, je fais attention à  ne pas trop réfléchir. En tout cas, dans un premier temps. Parce que c’est quand le doute s’installe que tout devient difficile. le fais des collections. Et, petit à  petit, je choisis celles qui finiront par être imprimées… »

Photographie, vidéo, création interactive, écriture, Jacques Perconte mène depuis plusieurs années un travail explorant l’image à  travers les supports numériques. It’s all about love met à  l’épreuve les sentiments de l’artiste pour Isabelle en confrontant des fragments de corps photographiés, des couleurs et des formes, à  la trame des images digitales, leurs saturations, aux pixels, aux déformations d’une projection sur écran. L’exposition rassemble trois étapes d’un processus d’altération de l’image. La première réunit un ensemble directement issu des séances avec Isabelle, la seconde, des clichés re-photographiées et enfin des I love you numériques, altérés par la création d’un programme qui, à  chaque fois qu’une photographie est convoquée sur un écran d’ordinateur, remplace une variable du code source de cette image par l’encodage du texte I love you. Chaque consultation entraine une modification. Plus le slogan est encodé, plus l’image est défigurée. Si la répétition à  l’infini de ces mots pourrait en épuiser le sens, l’éloignement des images de la représentation fonctionne comme une métaphore sur l’alchimie abstraite des sentiments. La somme de ces reproductions très stylisées – des plus réalistes aux plus abstraites produit une sorte de débordement visuel et charnel, de suintement des couleurs et des formes, dessinant une géographie du corps, fidèle autant qu’infidèle et donnant une oeuvre totale. envahissante, entre beauté et folie.

Spirit n°37 / janvier 2008 : L’oeil en faim
: A la folie par C.B. & C.V
It’s all about love / les images au fil du projet sur flickr

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !