Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 6 février 2007 dans au fil des projets, Entre le ciel et la terre -> lien permanent
Première Balade (Etiolles)

Ballade réalisée dans le cadre du projet Entre le ciel et la terre.

Ecole normale, le saulchoir (ancient couvent), le centre archéologique …

En regardant une carte ign au 1 :25000 des environs d’Evry, j’ai vu qu’il y a avait un musée archéologique à  Etiolles, à  même pas cinq minutes du théâtre. J’ai tout de suite eu envie d’y aller.

Etiolles, carte ign 25000 Gp impression

J’ai envie d’en savoir plus sur la vie des hommes et des terres de l’Essonne. Cela me mettra certainement sur de nouvelles pistes de recherches. Et puis j’imagine que c’est le lieu où il y aura obligatoirement une installation pédagogique qui présentera un bloc de terre surélevé, une coupe du territoire pour y mettre en scène des éléments de l’histoire… un peu comme ce que je vais faire. En faisant une petite enquête sur internet j’ai trouvé quelques informations :

Centre départemental d’exposition archéologique d’Etiolles, Orangerie du domaine des Hauldres. Bd du Général De Gaulle 91450Etiolles. Bref résumé de la visite et de ce que l’on peut y faire : Un musée de site à  la portée de tous: outre une présentation générale du site (cadre chronologique, situation dans le contexte du bassin parisien, historique des fouilles), plusieurs thèmes sont développés autour d’un élément central spectaculaire, la reconstitution grandeur nature d’une hutte préhistorique, en peaux et en branchages et de ses abords immédiats: la restitution du paysage de l’époque et les méthodes d’analyse qui l’ont permise, la chasse aux grands mammifères herbivores (cheval, bison, renne et mammouth), les campements des chasseurs magdaléniens (habitations et aires d’activités satellites), la taille du silex: une technique artisanale complexe. Un parcours pédagogique situé dans le parc attenant à  l’orangerie, il vous fera découvrir la densité et la richesse du patrimoine archéologique essonnien depuis le Paléolithique jusqu’au haut Moyen-âge, à  travers des panneaux synthétiques. Une animation audiovisuelle: conçu sur la base d’un scénario humoristique et original, un film de huit minutes,  » le sous-sol de l’Essonne: mémoires d’une truelle », mêle dessins, vues de chantiers de fouilles, clichés aériens et reconstitutions. Une manière ludique d’acquérir les premières bases de l’archéologie.

etiolles

Ce matin Grégoire m’accompagne. Il a téléphoné au numéro que j’ai trouvé pour prendre contact avec le centre archéologique. Il est directement tombé à  la gestion du patrimoine je crois. On lui a dit que le centre avait été fermé il y a plusieurs années pour des raisons de sécurité… Il est impossible aujourd’hui à  priori d’y accéder. Cela renforce mon envie d’y aller, celle de Grégoire aussi je crois. Nous décidons de passer outre l’interdiction et d’aller voir par nous-mêmes ce qui se présente là  où il est indiqué sur la carte ‟ Musée archéologique ”.

a a

Nous allons à  Etiolles. Ni lui ni moi ne connaissons réellement le coin, c’est l’occasion de se perdre un peu sur la route. La géographie ici n’est pas facilement domptable. Il va me falloir un moment avant de bien enregistrer. Nous nous dirigeons avec une carte et une photo satellite sur lesquelles sont mentionnés les numéros des routes mais pas les noms des rues.

balade Etiolles - Google Earth avec trajet

Nous arrivons à  Etiolles, nous devinons que nous sommes certainement passés devant notre cible. Nous posons la voiture et partons à  la découverte du coin. Nous arrivons devant un parc grillagé. L’herbe est bien tondue, la perspective est fuyante et le terrain penche doucement jusqu’à  un bois. Il y a de Beaux arbres. Est-ce là … selon la carte cela se pourrait. Le danger pourrait venir de la grande tempête qui aurait tué les arbres, déracinés, ils menaceraient d’éventuels promeneurs… Mais ce parc est accueillant… derrière ses grilles. Nous longeons la route qui mène à  la Nationale d’ù nous sommes arrivés. La route est bordée par deux hauts murs en pierre. Ils sont très propres. Certainement entretenus. A gauche un premier portail. Il est fermé. Les bâtiments que l’on aperçoit ressemblent à  ceux d’une école ou d’une entreprise, pas à  un musée. Idem pour le second portail de la gauche. Il ; y a une maison privée aussi. Nous décidons d’aller jusqu’en bas de la rue où se trouve l’entrée de l’iufm. Peut-être qu’en passant par là , nous pourrons trouver un grillage franchissable voire une porte, histoire de trouver ce musée et d’aviser.

a a

En face de l’entrée de l’iufm, sur la chaussée de droite, un portail qui semblerait donner sur une belle propriété donne en fait sur une parcelle de forêt abandonnée. Il y a plusieurs corbeaux. Nous entrons dans le parking de l’iufm. Il est plein de voitures. Sur ma photo satellite il est vide. Nous le traversions vers les bâtiments. Nous arrivons à  la barrière du parking et nous découvrons sur la gauche une vieille église abandonne î les fenêtres sont murées… on reviendra plus tard. Je voudrais voir s’il n’y a pas des chemins dans la forêt derrière les bâtiments. Nous croisons quelques étudiants. La propriété est complètement fermée.

1787 -EE- Etiolles, iufm 1788 -EE- Etiolles, iufm

Il y a des panneaux qui préviennent les aventuriers qui voudraient se risquer à  passer les grilles qu’il est interdit d’aller de l’autre côté car de nombreux arbres sont morts et que c’est très dangereux. Mais j’airais bien quand même. Le danger se cache. Le paysage est très attitrant. Nous ne pourrons pas passer par là . Nous redescendons en faisant un petit crochet par la vieille église. Nous découvrons dans l’arrière cour ce qui semble être la réserve des jardiniers. Sur les images satellite son dirait qu’il y est carrément installé une table dans le jardin, on croirait une maison habitée… Nous faisons le tour à  la recherche d’un passage. Rien. Ou est le musée. S’il se cache dans la forêt derrière ces grilles cela ne sera pas facile d’y aller. Nous rebroussons chemin.

a

En retraversant le parking, je suis attiré par un truc sur le côté, un bout de jardin auquel je n’avais pas fait attention en arrivant. Qu’est ce que c’est ? Une hutte se tient à  quelques mètres de moi. C’est ça, c’est le centre de découverte archéologique. J’appelle Grégoire et nous nous dirigeons vers l’entrée. Il ya un petit bâtiment sur lequel se tient une plaque : ‟ Conseil général de l’Essonne ; Domaine d’Etiolles ; Centre d’exposition archéologique ”. Nous y sommes, une petite clôture d’environ 50cm de haut nous sépare de notre objectif. Une chaîne traîne, un des passages est ouvert, nous entrons. Le jardin n’est pas très grand. Quelques centaines de mètres carrés. Un chemin jonché de panneaux indicatifs trace la route à  suivre. Il y a peut-être une dizaine d’étapes.

1798 -EE- Etiolles, centre archàƒ©ologique 1799 -EE- Etiolles, centre archàƒ©ologique 1800 -EE- Etiolles, centre archàƒ©ologique

Une hutte, un four, une pierre, un tronc d’arbre frappé par la foudre, c’est ce qu’il reste. Un panneau est détaché. L’abandon de cet espace n’est pas flagrant. La pelouse a l’air entretenue. Nous avançons.

a a

Je commence à  projeter l’idée de mon travail : le trou mis en scène par là … Il y a une très belle pierre. J’imagine la ramener dans la galerie, elle doit bien peser une centaine de kilos. Elle serait une belle trace de ce lieu en plus du prélèvement de terre. Je la photographie, c’est vraiment un élément important. On la voit sur la photo satellite. Ici dans ce contexte on imagine quelle a été le témoin de l’histoire î outre sa nature î elle a du être directement impliquée dans la vie de l’Essonne il y a des milliers d’années. Elle est bien plus qu’une pierre naturellement inscrite dans l’histoire, elle est mise en scène comme telle.

a a

J’avance encore et je me retourne pour voir cette hutte d’un peu plus loin. Je vois une proposition de cadre pour le paysage que je prépare. L’herbe bien verte, l’arbre brà»lé, la pierre, la hutte, les arbres, le ciel… Voilà  une bonne perspective. L’arbre foudroyé et le contre-jour amènent l’idée du feu. Je vais creuser un trou puis filmer cal cavité et la mettre en scène. J’imagine faire un feu que nous entretiendrions le temps du film. Un feu qui éclairerait discrètement la hutte en contre-jour. Un feu qui avec les nuages et les branchages viendrait signifier le temps.

1830 -EE- Etiolles, centre archéologique -pano -s

Le lieu me plait bien. Creuser dans un espace qui a été réservé à  l’archéologie, mettre en scène le travail ici avec al hutte, la perspective ouverte… l’aspect pratique î le lieu appartient au conseil général, il est à  priori fermé… tout me pousser à  croire que j’ai d’ore set déjà  trouvé mon endroit, dès cette première balade. J’en discute avec Grégoire à  qui le lieu plait aussi… A suivre.

1831 -EE- Etiolles, centre archàƒ©ologique

a les images de la balade à  Etiolles

a la carte du trajet sur Google Earth

Originalement posté sur le blog dédié au projet Entre le ciel et la terre : Evry-Essonne . Entre le ciel et la terre, résidence de création au Théâtre de l’Agora, scène nationale d’Evry et de l’Essonne / festival siana 2007.Théâtre de l’agora. Entre le ciel et la terre, du 14 au 31 mars.

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !