Arts plastiques, numérique, films et pensées... LE BLOG EST EN TRAVAUX ! ;)
Les histoires se répartissent dans 1003 notes... dans des milliers d'images... dans quelques mouvements...
@newsletterjacquesperconte.com
Posté le 30 juin 2007 dans 38degres, I love you -> lien permanent
I Love You – Im N°186, S=2000µ2, Le 2007 05 09.13.17 ; Ily=28, Q=5

I love you - im n°186, S=2000µ2, le 2007 05 09.13.17 ; Ily=28, Q=5

Cette photographie est peut-être une des images préférées d’Isabelle. Elle aime beaucoup quand elle reconnait une partie d’elle dans les images. Elle aime la relation entre cette figuration et le comportement de la déformation.

C’est une des deux premières images de la série ‟ It’s all about love ” que j’ai tirée. Elle a été sortie par une lightJet sur du papier argentique super brillant. J’ai choisi le papier sur un coup de coeur. A priori je voulais rester sur des impressions mates mais quand j’ai découvert ce support en y voyant quelques aplats de couleurs sur les mires d’essais, j’ai pensé qu’il pourrait apporter beaucoup en magie à  l’image.

En faisant des essais pour la préparation de l’image j’ai essayé de mettre a jour les saturations qu’il y sur la partie centrale jaune / saumon dans les boucles de cheveux. Cette saturation qui se produit à  l’écran et qui donne l’impression que la couleur s’écrase contre sa propre surface n’est pas reproductible sur un tirage vu qu’un tirage n’émet pas de lumière, il la reflète… cette zone est fondamentale dans l’image. Par sa très forte densité elle devient un point chaud et attire indirectement le regard. L’image se construit autour. Fallait-il l’estomper où la laisser libre. L’autre particularité de cette image est le mélange des jaunes et des verts qui ne sont pas très compatibles avec le travail au laser des lightjet qui ont tendance a mettre du rouge dans le vert. Perdre du vert et du jaune… comment faire ?

Mais face à  cela il y a le respect de la démarche. Les images depuis le début n’ont jamais été retouchées. C’est a partir des photos brutes des séances de pose que j’ai rephotographié les images sur des écrans (souvent plusieurs fois). Ce sont ces images qui ont été soumises à  la logique de I love you. Le résultat, quand l’image est détériorée est la somme des rapports entre artéfacts du sujet et défaut de l’image. Alors retoucher à  une saturation qui entrainerait ce qu’on pourrait appeler un défaut sur le tirage c’est revenir sur la réalité de l’image et modifier fondamentalement son interprétation. Ce qui est théoriquement un scandale.

Alors quel choix faire entre travailler l’esthétique d’une idée de la perfection symbolique ( le défaut corrigé – d’ailleurs au laboratoire, on m’a demandé avant que je n’explique la démarche, si je ne voulais pas nettoyer les imperfections dan l’image…) et continuer cette chaine où ma place d’artiste une fois la capture figée dans une analogie historique et soumise aux lois de mon logiciel révélateur d’amour et de mystique n’est que de procéder de choix binaires : Oui / Non, je garde, je ne garde pas.

Il m’a semblé évident (après quelques doutes liés au processus de la commande) qu’il fallait avant tout respecter l’image fondamentale, sa réalité, qu’il ne fallait pas trahir l’amour qui y résidait et qui en s’y installant avait entrainé ces altérations. C’est ça l’âme de cette histoire.

Je me permets d’écrire ces réflexions parce que je veux garder cette distance humaine avec ces images. Il s’agit de doute et de conviction, de foi et d’abandon. Ce travail qui pousse l’image de la réalité d’un corps aimé à  celle d’une abstraction formelle des fois déroutante n’est que le support au passage de la couleur qui je l’estime et l’âme de l’amour : ce sont des modulations de vibrations qui nous transforment et font que rien n’ jamais le même ton quand les vibrations son hautes.

Je suis très heureux que cette image entre prochainement dans le quotidien d’une personne que j’estime et apprécie énormément. Et je le remercie aussi chaleureusement d’aimer cet instant coloré.

It’s all about love / it’s all about collecting / I love you – im n°186, S=2000µ2, le 2007 05 09.13.17 ; Ily=28, Q=5 / Tirage numérique sur support argentique, contrecollé sur alluminium sous plexigas, 700x700mm. 06/2007 /tirage unique / Collection privée

 

Note suivante : . Note précédente :
Où voir les choses en vrai ? Expositions, projections, conférences...
& pour le reste : archives / next...
          * accès réservé ou sur invitation
fil d'idées et d'images : Twitter
14/09@09:10 Ouvrir une école, c’est fermer une prison,... Cher Victor Hugo, si seulement c'était encore vrai. l', il faut.
12/09@15:34 Proton levels indicating a sudden spike. Approaching CME may be near. Stay tuned.
14/09@08:13 Futur is now :) help soldiers run faster !